La loi 63 et le design d’intérieur au Nouveau-Brunswick

CCNB

Les designers d’intérieur du Nouveau-Brunswick accueillent favorablement une nouvelle loi qui devrait créer davantage d’intérêt pour le baccalauréat de quatre ans conjointement offert par le CCNB – Campus de Dieppe et l’Université de Moncton.

L’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a récemment adopté la Loi relative aux designers d’intérieur, ce qui est une étape déterminante pour l’Association des Designers d’intérieur du Nouveau-Brunswick (ADINB).

« Pour la première fois, nous pouvons réglementer la pratique du design d’intérieur dans notre province pour la protection du public et de la profession », a déclaré la présidente de l’ADINB, Rachel Mitton, également enseignante au CCNB – Campus de Dieppe.

Visant une formation académique et professionnelle, le baccalauréat en design d’intérieur, offert conjointement par le CCNB et l’U de M, permet au diplômé de trouver des solutions créatives de design pour les environnements intérieurs tout en tenant compte de la santé, la sécurité et du bien-être des occupants en plus d’améliorer leur qualité de vie.

Le Nouveau-Brunswick est la deuxième province au pays à adopter une telle législation. Cette reconnaissance juridique est croissante, surtout sur la scène internationale. Au dire des experts, il est important d’avoir des normes, de l’expérience et de la formation éducative pour être qualifié de designer.

« La pratique est maintenant clairement définie par le droit, de la même manière que les architectes et les ingénieurs, a fait savoir Mme Mitton. Maintenant, vous avez besoin d’une formation pour pratiquer cette profession et le baccalauréat Design d’intérieur est reconnu par notre association. »

Le fait que cette profession soit maintenant réglementée va certainement bénéficier au baccalauréat conjointement offert par le CCNB et l’U de M, un partenariat gagnant.

« Nous sommes les seuls établissements francophones en Amérique du Nord à offrir cette formation. Merci à tous ceux et celles qui ont contribué à ce dossier, notamment pour décrocher un agrément international en 2016 », a commenté la PDG du CCNB, Liane Roy.