Le Cégep de Sept-Îles continue sa recherche sur les panneaux solaires adaptés au climat nordique

Cégep de Sept-Îles

Le Cégep de Sept-Îles est fier de recevoir une subvention du Fond de Recherche Nature et Technologies (FRQNT), relative à l’optimisation et à l’intégration des systèmes solaires photovoltaïques dans des microréseaux décentralisés, autonomes et isolés. Parmi ces microréseaux se trouvent les communautés autochtones qui ne sont pas connectées au réseau électrique principal ou encore certaines mines.

« Nous sommes très heureux de pouvoir continuer sur notre lancée dans ce domaine », souligne Donald Bhérer, directeur général du Cégep de Sept-Îles. « L’adaptation au climat froid des panneaux photovoltaïques produisant de l’électricité permet d’offrir une alternative concrète à l’utilisation du diesel et ce, au bénéfice des communautés et des entreprises œuvrant dans le Nord Canadien ». Soulignons que les chercheurs au Cégep de Sept-Îles travaillent depuis plusieurs années sur des solutions de dégivrage efficaces des panneaux solaires, en vue d’améliorer leur performance.

« Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il existe un véritable marché de niche pour l’intégration de l’énergie solaire au Québec et pas seulement dans les régions du Sud », explique Hussein Ibrahim, directeur de la recherche et de l’innovation du Cégep de Sept-Îles. « Certains facteurs comme l’air sec, la faible pollution atmosphérique ou encore les températures ambiantes froides, nous indiquent que le potentiel énergétique du solaire en climat nordique pourrait être excellent, hors nuit polaire ». La nuit polaire est la période de l’année où le soleil ne se lève pas. Au Canada, elle peut atteindre de 24 h à sa latitude la plus basse, à 6 mois au pôle.